Journée Internationale des droits de la Femme

En ce 8 mars 2022 qui symbolise la Journée internationale des Droits des Femmes, SE Madame Liliane MASSALA, Ambassadeur Haut Représentant du Gabon en France Représentant Permanent du Gabon auprès de l'OIF, rappelle avec fierté que le Gabon se mobilise, à l'image d'autres pays épris de justice et de paix, pour faire tomber les barrières et permettre en particulier aux Femmes de vivre dans le respect et la dignité, sans que le genre ne soit un obstacle.

 
Cette approche gabonaise du genre, inscrite en règle d'or dans la Loi portant sur l’élimination des violences faites aux femmes, a été officiellement promulguée en 2021. Ce cadre règlementaire et légal, conçu par la société civile gabonaise, à la faveur d’une longue concertation nationale, avec l’appui de la Fondation Sylvia BONGO ONDIMBA, et transmis au Chef de l’Etat et au gouvernement, dispose des droits et des libertés qui permettent une conception plus rationnelle et plus objective à l'avantage de la Femme gabonaise. Il ne s'agit plus d'un regard porté sur le prisme dégradant de la beauté et de la prestance qui la caractérisent naturellement, mais de mettre en relief ses capacités, ses compétences et ses qualités d'acteur de premier rang. 
 
Aussi, le Gabon s'est-il engagé à relever un certain nombre de défis qui, non seulement valorisent la Femme sur le plan social, économique et politique, mais permettent également de réduire les inégalités femmes-hommes. Les principales actions menées dans ce cadre visent ainsi à promouvoir la prise en charge et le traitement des cas de violences à l’égard des femmes par les institutions judicaires, à rendre gratuits les frais relatifs aux actes médicaux pour les femmes victimes de violences sexuelles et de viol ; et à aggraver les sanctions appliquées contre les auteurs des actes de torture et de barbarie contre les femmes.
 
D'autres actions juridiques aussi capitales de consolidation des droits de la Femme concernent la répression des violences morales, psychologiques, économiques, patrimoniales ou de pratiques traditionnelles préjudiciables ; l'introduction de l’administration commune du foyer, du choix du domicile familial, de la gestion des biens de la famille et celle d’un mineur ; l'interdiction du mariage forcé ; de même que l’introduction de la notion de divorce par consentement mutuel et du libre exercice d’une activité professionnelle.
 
En cette heureuse occasion, S.E Madame l'Ambassadeur Haut Représentant souhaite une très joyeuse célébration de la Journée internationale des Droits des Femmes aux Femmes, et en particulier aux femmes gabonaises du Gabon, de France, du Portugal, de Monaco et d'Andorre. 

 

Légende : « S.E. Mme Liliane MASSALA, entourée de Mesdames Diane Leyre (BBA IE University) et Sylvie Tellier (Maîtrise de droit obtenu  à l'Université Jean Moulin Lyon 3)